Avertir le modérateur

18/02/2011

LA REVOLTE DU PEUPLE PROCHE & MOYEN ORIENT

vendredi, 18 février 2011

Moubarak et Ben Ali ont utilisé L' EPOUVANTAIL islamiste

Moubarak et Ben Ali ont utilisé L' EPOUVANTAIL islamiste pour continuer à torturer leurs peuples et reçevoir des subsides

Torture d'un Egyptien.jpg


L’islamisme est l’épouvantail dont se servent les dictateurs arabes pour justifier les tortures conte leurs populations;l’ajournement des réformes démocratiques et justifier des demandes de soutiens financiers des Usa et à l'Europe.

Hosni Moubarak et Ben Ali répètaient avant leur  renvoi par le peuple qu'il ont spolié pendant 32 ans : «C’est ou nous ou les barbus!», slogan infatigablement servi quoique fassent les islamistes.

Bien avant la naissance d’Al-Qaida, quand, en 1984, les Frères musulmans ont décidé de participer aux élections parlementaires, ils ont eu à subir le soupçon paradoxal de vouloir «prendre le pouvoir par les urnes» et se sont vu réprimer à hauteur de leurs succès électoraux. Leurs 20% aux élections de 2005 leur ont valu l’interdiction d’exister comme parti religieux.

D'autres dictateurs continuent à jouer à ce petit jeu qui risquera à terme de leur brûler les mains. En effet; américains et européens ont fini par comprendre qu'ils ont fait une mauvaise affaire en soutenant les dictatures. les regards futurs des décideurs et financiers iront plus vers les peuples et les sociétés civiles. AP

 

Égypte: trois ex-ministres et un magnat arrêtés

Égypte : Grande manifestation de "la Victoire" en Egypte

ce Vendredi

victoire.jpg

Égypte: trois ex-ministres et un magnat arrêtés

LE CAIRE, Égypte - Les autorités égyptiennes ont arrêté, jeudi, l'ancien ministre de l'Intérieur Habib El-Adly et deux autres ex-ministres qui font l'objet d'une enquête pour corruption, ont annoncé des responsables de la sécurité.

Les autorités ont aussi arrêté le magnat de l'acier Ahmed Ezz, qui était autrefois un membre bien en vue du Parti national démocratique de l'ex-président Hosni Moubarak.

M. El-Adly, dont le poste lui donnait le contrôle des quelque 500 000 membres des forces de sécurité, a été largement blâmé pour la brutalité de la police anti-émeute contre les manifestants qui demandaient la démission d'Hosni Moubarak. M. El-Adly a été ministre de l'Intérieur pendant 12 ans.

L'annonce de l'arrestation de M. El-Adly est survenue après la mise en détention, plus tôt en journée, de l'ancien ministre du Logement Ahmed Maghrabi, de l'ancien ministre du Tourisme Zuheir Garana et de M. Ezz.

Les quatre hommes font face à des allégations qui comprennent notamment le blanchiment d'argent, l'abus de pouvoir et le gaspillage de fonds publics.

Les manifestants qui ont chassé M. Moubarak du pouvoir après 18 jours de mobilisation populaire ont souvent mentionné la profonde corruption du régime comme l'une des raisons principales ayant motivé leur mouvement.

Des responsables de la sécurité ont affirmé, sous le couvert de l'anonymat, que les quatre hommes seraient initialement détenus pendant 15 jours.

Les quatre hommes avaient déjà été visés par des interdictions de voyage et leurs avoirs avaient été gelés, des mesures qui sont normalement le prélude à une enquête criminelle et à un éventuel procès. Ils font partie des dizaines d'ex-ministres et d'hommes d'affaires visés dans des enquêtes de corruption et d'abus de pouvoir.

La plupart des personnes qui font l'objet d'enquêtes faisaient partie d'une clique d'hommes d'affaires devenus politiciens qui se sont ralliés autour du fils d'Hosni Moubarak, son apparent successeur au sein du parti au pouvoir. Gamal Moubarak, âgé de 47 ans, a grimpé rapidement les échelons du parti au cours de la dernière décennie pour devenir le deuxième politicien le plus puissant d'Égypte après son père.

Gamal Moubarak et son cercle d'hommes d'affaires ont été blâmés pour avoir orchestré les réformes qui ont libéralisé l'économie du pays mais qui ont laissé les pauvres incapables de profiter des bénéfices de la croissance économique.

Ahmed Ezz, un arriviste qui s'est servi de sa fortune pour promouvoir sa carrière politique, est mis en cause pour les fraudes répandues qui ont entaché les élections parlementaires de novembre et décembre derniers, lors desquelles le parti au pouvoir a remporté presque tous les 518 sièges du Parlement.

Par ailleurs, au moins 1500 employés de l'Autorité du canal de Suez ont manifesté jeudi dans trois villes égyptiennes, réclamant une hausse de leurs salaires et de meilleures conditions de travail. Les manifestants ont cependant promis que leur action ne perturberait pas le trafic sur le canal.

Les employés, essentiellement des services administratifs et techniques, se sont notamment plaints de n'avoir pas bénéficié des augmentations salariales auxquelles ils avaient droit.

Quelque 500 personnes ont protesté devant le siège de l'Autorité du canal de Suez à Ismaïlia, à l'est du Caire. Des manifestations similaires ont été organisées à Suez, au sud du canal, et à Port Saïd, au nord.

Les forces de sécurité égyptiennes se sont par ailleurs déployées depuis mardi dans le nord du Sinaï le long d'un gazoduc approvisionnant Israël en gaz naturel, ont rapporté des responsables des services de sécurité ayant requis l'anonymat, jeudi. Le 5 février, des assaillants avaient attaqué à l'explosif un terminal dans la région, perturbant l'acheminement de gaz vers Israël et la Jordanie.

jeudi, 17 février 2011

Les touristes français retournent en Egypte

Egypte:La saison touristique n'est pas perdue pour l'Egypte

la France lève ses restrictions touristiques

pyramides.jpgLa situation sécuritaire est marquée par un quasi retour à la normale dans la plupart des régions. Les étrangers en particulier ne font l’objet d’aucune menace spécifique.

 

S’agissant des Français présents, ils sont invités à rester vigilants lors de leurs déplacements. Il leur est notamment recommandé de se tenir éloignés des attroupements et de respecter scrupuleusement le couvre- feu en vigueur de 24h00 à 06h00 au Caire, à Suez et à Alexandrie. Les Français résidant en Egypte et ayant momentanément quitté le pays peuvent préparer leur retour, en particulier en vue de la rentrée des classes, qui est prévue pour les établissements français le 27 février.

S’agissant des projets de déplacements, les séjours dans les grands centres touristiques ne sont plus déconseillés. La zone de la Mer Rouge connaît une situation normale, de même que les villes de Louxor et d’Assouan. Il n’y a donc pas d’objection à s’y rendre par voie aérienne. Les déplacements routiers, en particulier en Moyenne Egypte, sont en revanche déconseillés. La zone du Nord Sinaï est quant à elle le théâtre de troubles récurrents et doit être évitée.

La multiplication des mouvements sociaux et les appels à manifester le vendredi peuvent toutefois avoir un impact sur les conditions de séjour en Egypte, en particulier au Caire, à Alexandrie et dans les villes qui ont connu de récentes manifestations (région du Delta, Fayoum, Suez). Il convient donc de conserver une attitude de vigilance générale.

Le parlement libyen se réunira en urgence le 21 février

LYBIA 17.01.2011- Des manifestants brulent le portrait de Kaddafi

Le parlement libyen se réunira en urgence le 21 février 2011 pour discuter des réformes importantes dans plusieurs domaines y compris la décentralisation de l'administration dans ce pays dirigé de main de fer par un guide de la révolution.

Bahreïn : quatre morts et 95 blessés

Bahreïn : quatre morts et 95 blessés

Bahrein.jpgBahreïn : Des milliers de manifestants ont campé plusieurs jours durant sur la place de la Perle. Les forces antiémeutes sont intervenues dans la nuit de mercredi à jeudi, utilisant des matraques et des gaz lacrymogènes contre les protestataires qui réclamaient des réformes politiques et sociales.

Les accrochages entre la police et les manifestants ont fait jeudi quatre morts et 95 blessés. Au total, six personnes ont été tuées lors des débordements qui se poursuivent au Bahreïn depuis dimanche dernier.

Le groupe d'opposition " Al Wifaq" a quitté le parlement en solidarité avec les manifestants et des chars ont été massés aux abords de la place de la Perle à Manama

La Perle.jpg

Place de la Perle à Manama

Libye : 2 morts à Al-Baïda, un responsable de sécurité local limogé

Libye : 2 morts à Al-Baïda, un responsable de sécurité local limogé

dtv.JPG

TRIPOLI - Le ministère libyen de l'Intérieur a limogé jeudi un haut responsable local de la sécurité, suite à la mort de deux personnes dans des manifestations à Al-Baïda, à 1.200 km à l'est de Tripoli, a rapporté le journal libyen Quryna sur son site internet.

Un précédent bilan de l'opposition libyenne basée à l'étranger faisait état d'au moins quatre morts et plusieurs blessés dans cette ville.

Selon Quryna qui cite des "sources de sécurité bien informées", le ministère de l'Intérieur a limogé le colonel Hassan Kardhaoui, directeur de la sécurité d'Al-Jabal Al-Akhdar, chef-lieu de la région, suite à "la mort de deux jeunes" mercredi soir.

Les deux morts sont Khaled Khanfer et Saad el-Yamani, a ajouté le journal qui précise que les manifestants ont "incendié plusieurs voitures de police et de citoyens".

Selon Quryna, la police municipale a fermé des locaux de commerce dans la ville d'Al-Baïda, ce qui a provoqué des incidents entre les propriétaires de ces locaux et la police, avant que la situation ne dégénère. (AFP)

Moubarak, Ben Ali : loin du pouvoir, les dictateurs semblent dépérir

Moubarak, Ben Ali : loin du pouvoir, les dictateurs semblent dépérir

Les rumeurs vont bon train sur la dégradation sévère de l'état de santé des présidents déchus, sans qu'aucune confirmation officielle ne soit apportée.

Moubarak ? Dans le coma, en grève de la faim, à la recherche d'un hôpital pour l'accueillir en Allemagne ou en Israël... Et Ben Ali ? Dans le coma, ou même déjà mort... Lire la suite :

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110217.O...

Lettre ouverte à l'attention des membres de l’Assemblée Nationale et du Sénat français

Lettre ouverte à l'attention des membres de l’Assemblée Nationale et du Sénat français

Copie à la Presse internationale
Copie au Parlement européen

Le 14 février 2011

Concerne :   "Le fait d’entraver les naissances chez un groupe social bien déterminé constitue un acte de génocide"

-  Rwanda : Objectif gouvernemental de stérilisation de 700.000 hommes dans le cadre du programme de limitation des naissances
http://gaspard-musabyimana.over-blog.com/article-rwanda-l...
-  Visite de Paul Kagamé en France : Lettre ouverte à l'attention du Président de la République
http://www.france-rwanda.info/article-visite-de-paul-kaga...


Madame, Monsieur le Député,

Dans la continuité de la lettre ouverte du 11 février 2011 concernant la visite du général Paul Kagamé à Paris en mars (voir ci-dessous), permettez-moi de vous communiquer le message d'Initiative Victoire 2010 dénonçant une politique gouvernementale, initiée sous le couvert d’une banale campagne de circoncision, visant à empêcher les paysans hutu à se reproduire.

Le Dr Richard Sezibera, actuel ministre de la Santé du Rwanda, a révélé le 30 janvier 2011 que le gouvernement du général Paul Kagamé s’est fixé comme objectif de stériliser, d’ici deux ans, un minimum de 700.000 hommes dans le cadre du programme de limitation des naissances.

Les autorités françaises ne devraient-elles pas vérifier cette information avant la visite du général Paul Kagamé à l’Elysée ?

Une ONG américaine dénommée « Population Research Institute » (PRI) par la voix de son président Mr Steven Mosher, a déclaré, en date du 11 février 2011, qu’il ferait tout ce qui est en son pouvoir pour faire abandonner ce "dessein diabolique".

Je vous prie d'agréer, Madame, Monsieur le Député, l'expression de ma très haute considération.

Stéphane Sonck

Les journalistes marocains pour la liberté

Communiqué de presse

Objet : Les journalistes marocains pour la liberté


Un vent de liberté souffle sur la région d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Une révolution au cours de laquelle les peuples se sont insurgés pour recouvrir leur liberté et leur dignité et reprendre leurs destinées en main. Les victorieuses révolutions des peuples tunisien et égyptien ont fait prendre conscience à la rue de son pourvoir à déchoir les dictatures pour sortir des prisons à ciel ouverts que sont devenus les pays de la région.

Jamais la liberté et la victoire de nos peuples n'a été si proche!
C'est pour ces raisons que nous, journalistes indépendants marocains, signataires de ce communiqué, félicitons les peuples égyptien et tunisien pour leur victoire contre la dictature et l'autocratie, et en particulier nos confrères ayant recouvré leur liberté de parole et d'expression et de la presse, et rappelons que la répression de ces libertés fondamentales pour la démocratie, est toujours dans l'agenda du pouvoir au Maroc.

Face au silence assourdissant du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM), nous soussignés, journalistes marocains, annonçons notre soutien inconditionnel aux revendications du mouvement du 20 février que nous rejoindrons dans la rue en ce jour de manifestation.

Ainsi, nous nous solidarisons avec toutes les forces démocratiques du Maroc qui militent pour l’instauration d’une véritable démocratie et une rupture avec l’autoritarisme makhzénien.

En outre, nous dénonçons la campagne de diffamation et dénigrement à l’encontre des jeunes du mouvement du 20 février, par les médias proche du pouvoir et sur internet.
Ainsi, nous réclamons:

-De permettre aux journalistes marocains et étrangers de faire leur travail d’information et de suivi des événements qui s’annoncent.

-Le respect du droit à l’information pour toutes les composantes de la société marocaine.
-L’arrêt immédiat de la manipulation médiatique menée par les télévisions publiques, l’Agence officielle, et les journaux proches du pouvoir.
Nous exhortons également les intellectuels du pays à prendre position afin que les revendications démocratiques du peuple marocain soient accompagnées.

Coordinateur
Aziz El Yaakoubi

GSM : 0623934595

Jeudi de colère dans le pays du soldat Mouammar

Libye : Une manifestation qualifié d'importante aujourd'hui

Les lybiens veulent libérer leur pays du soldat Kaddafi . Une manifestation est annoncée pour aujourd'hui. Un journal tunisien online annonce déja une "éventuelle fuite" du "guide de la révolution" vers un pays africain mais cette information n'est confirmée par aucune source crédible..... Mouammar dirige ce pays de main de fer depuis plus de 40ans

قرر ناشطون ليبيون إعلان يوم 17 فبراير يوم غضب شعبي، على ان يسيّروا تظاهرة كبرى تطالب بإسقاط الحكومة، والمفاجأة ان الرئيس الليبي معمر القذافي قرر التضامن مع الشعب، والنزول الى التظاهرة والمشاركة فيها للمطالبة بإسقاط الحكومة

 

mercredi, 16 février 2011

Guerre médiatique entre al Massae et Hespress

Guerre médiatique entre al Massae et Hespress

 

HESPRESS.jpgalmassae_logo.jpg

كيف تحول الموقع إلى أداة بيد المخابرات للتلصص على المعارضين

Selon AL Massae le site Hespress serait  utilisé par les renseignements  pour tester l’opinion publique marocaine et prendre des décisions en conséquence... L'article est en arabe

Lire l’article du journal Al Massae :http://www.almassae.press.ma/node/16807

La fortune de Moubarak

Une pétition mondiale Aux leaders du G20 et aux autres dirigeants mondiaux pour geler La fortune de Moubarak

MUBARAK.png

Chers amis,

Moubarak aurait volé 70 millards de dollars aux Egyptiens -- un tiers de leur produit national brut ! Seule une action immédiate des gouvernements du monde pourra permettre de les récupérer. Signez la pétition urgente visant à geler les biens de Moubarak, et faites passez ce message!

Moubarak est parti, mais il pourrait emporter avec lui une fortune colossale. Les estimations des sommes qu'il aurait détournées montent jusqu'à 70 milliards de dollars, plus d'un tiers de l'économie égyptienne.

Le temps presse pour s'engager au niveau mondial à geler les actifs de Moubarak avant qu'ils ne disparaissent dans un dédale de comptes bancaires secrets -- comme tant d'autres fortunes volées par des dictateurs. La Suisse a déjà gelé ses comptes et certains ministres européens ont proposé de coopérer. Mais sans un tollé mondial immédiat poussant tous les gouvernements à agir rapidement, les milliards de Moubarak risquent de disparaître.

Appelons les dirigeants de toutes les nations à faire en sorte que l'argent de l'Égypte soit restitué à son peuple. Si nous atteignons 500 000 signatures, notre pétition sera remise aux ministres des finances du G20 qui se réunissent ce vendredi à Paris. Ensemble, unissons nos voix et diffusons le message!

http://www.avaaz.org/fr/mubaraks_fortune_fr/?vl

Des millions d'Égyptiens vivent avec moins de 2 dollars par jour, et les experts estiment que la corruption coûte à l'Égypte plus de 6 millards de dollars d'argent public par an. La famille Moubarak elle-même a largement bénéficié de multiples contrats, plans de privatisation liés au népotisme, et autres investissements garantis par l'Etat tout au long des 30 années de la présidence de Moubarak. L'estimation de cette fortune varie de "seulement" 2 ou 3 milliards de dollars au chiffre étourdissant de 70 milliards de dollars, ce qui ferait de Hosni Moubarak l'homme le plus riche du monde. 25 membres du gouvernement font d'ores et déjà l'objet d'une enquête pour avoir amassé des fortunes supérieures à 1 milliard de dollars alors qu'ils servaient sous ses ordres.

Mais l'impunité ayant permis aux maîtres de la corruption de s'échapper avec leurs fortunes intactes est peut-être en train de prendre fin. La récente Convention des Nations Unies contre la Corruption demande explicitement la restitution des biens acquis via la corruption à leur pays d'origine, et le gouvernement militaire d'Égypte a déjà demandé à l'Union Européenne de geler la fortune de Moubarak. La question clé reste à présent de savoir si cette action prendra effet assez vite : toutes les lois du monde seront insuffisantes si les milliards de Moubarak s'envolent et deviennent hors d'atteinte avant que les autorités ne décident de les saisir.

Nos voix, en tant que citoyens, peuvent aider le peuple égyptien à concrétiser les promesses de sa révolution. Rejoignez l'appel pour la restitution des richesses égyptiennes au peuple égyptien:

http://www.avaaz.org/fr/mubaraks_fortune_fr/?vl

Tandis que des millions d'égyptiens risquaient - et même donnaient - leurs vies pour la démocratie, nous ne pouvions pas faire beaucoup plus que d'offrir notre espoir et notre solidarité. Mais nous avons aujourd'hui un rôle particulier à jouer : tout faire pour restituer les biens de la nation volés par une dictature que nos propres gouvernements ont tolérée beaucoup trop longtemps.

Les Égyptiens sont maintenant prêts à construire une nouvelle nation. Assurons-nous qu'ils récupèrent les ressources qui leur ont été volées, pour préparer un avenir que peu de gens avaient osé espérer.

Avec espoir,

Ben, Alex, Ricken, Mia, Rewan, David, et toute l'équipe d'Avaaz

SOURCES

Avoirs de Moubarak : appel à une «action internationale», Le Figaro, 12 février:
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/02/12/04016-20110...

L'Egypte demande le gel d'avoirs d'anciens responsables du régime Moubarak, Le Monde, 15 février:
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/02/15/l-...

La traque de la fortune de Moubarak est lancée, Cyberpresse.ca, 15 février:
http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/internati...

Les Européens sous pression pour geler les avoirs de responsables égyptiens, AFP, 15 février:
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iubJiz...

Comment restituer l’argent détourné par les dictateurs? Le rôle de la Convention des Nations-Unies, La Croix, 14 février:
http://www.la-croix.com/Comment-restituer-l-argent-detour...

Aux leaders du G20 et aux autres dirigeants mondiaux:

Nous vous appelons à geler immédiatement les actifs de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak, de sa famille et de son cercle d'amis et de conseillers, afin que ces biens soient soumis à enquête et restitués au peuple égyptien. Nous vous demandons également de fournir coopération et assistance aux autorités égyptiennes, comme le prévoit l'article 51 de la Convention des Nations Unies contre la Corruption.

Signez la pétition :

http://www.avaaz.org/fr/mubaraks_fortune_fr/?cl=940932141...

Egypte: les Frères musulmans confrontés à une nouvelle culture politique

Egypte: les Frères musulmans confrontés à une nouvelle culture politique - Entretien avec Khaled Hamza

Patrick Haenni - Religioscope
15 Feb 2011

0518_egypte_1.jpgLe soulèvement égyptien a bénéficié du soutien des Frères musulmans. Mais il ne laissera pas les Frères musulmans inchangés. Pour Khaled Hamza, rédacteur en chef du site des Frères en anglais, Ikhwanweb, la révolution de janvier consacre l'arrivée d'une nouvelle génération politique, en rupture profonde avec le positionnement des dirigeants actuels de la confrérie. Religioscope s'entretient avec lui sur les transformations en cours au sein de la confrérie...

Lire la suite : http://religion.info/french/entretiens/article_518.shtml

Pays arabes: les dessous d'une histoire en marche‏

Pays arabes: les dessous d'une histoire en marche‏

crle.jpg

Un vent de contestation se propage dans le monde arabe, sonnant le glas de régimes poussiéreux, oppressants et corrompus. Avec la force du désespoir, une jeunesse s'immole. Jusque-là réduite au silence et à l'obéissance, elle se réveille, se révolte et ose affronter les autorités en place. Elle se met en marche et écrit les premières pages de sa propre histoire. La révolution qu'elle commence, et qui a déjà fait vaciller les pouvoirs sclérosés de Tunisie et d'Egypte, rêve de liberté, de justice, d'égalité et de droits. Mais, dans un avenir proche, comment ces mouvements révolutionnaires vont-ils s'organiser pour poser les bases de régimes démocratiques stables ? A quelles épreuves vont-ils devoir faire face, et ce dans les différents pays ? Pour nous parler de cette histoire en marche, le Librex a invité autour de la même table quatre personnalités du monde arable, respectivement de Tunisie, d'Egypte, d'Algérie et du Maroc. Ensemble, ils analyseront les dessous des événements passés et présenteront les forces politiques en présence dans les différents contextes régionaux.

Manifestation Soyons solidaires ! Tunisie, Égypte, Yemen…

Manifestation Soyons solidaires ! Tunisie, Égypte, Yemen…Les peuples sont dans la rue

A l’appel du «Collectif de solidarité aux peuples en lutte» Soutien aux revendications pour la démocratie et la justice sociale Stop à la complicité de la Belgique et de l’UE avec les dictatures Samedi 19 février 2011 - 16h00 RDV : Aquarium de Liège (Outremeuse) Pour toute information : Mail : solidaritetunisieliege@hotmail.com Gsm : 0497/ 33 58 42 (de 14h00 à 21h00) (S : PYL - SU)

Appel à manifester à Bruxelles

Appel à manifester à Bruxelles

Bruxelles : Une nouvelle association inconnue appelle à manifester ce dimanche 20 février 2011 de 14h00 à 16h00 en face de l’ambassade du Maroc au Bd. St Michel 1040 Bruxelles pour soutenir la manifestation du dimanche 20 février au Maroc

Fraternité Solidarité Bel-Ma : fraternite.solidarite.belma@gmail.com

4, Rue du Canal 1000-Bruxelles

Manifestation le dimanche 20 février 2011 à Rabat

MAROC :  Manifestation le dimanche 20 février 2011 à Rabat

imagesCAB3FFKO.jpgProbablement, inspirés par les exemples tunisiens et égyptiens, les jeunes marocains appellent, via Facebook, à une manifestation le dimanche 20 février 2011 à Rabat, la capitale du Maroc.

Les "organisateurs" réclament des réformes politiques, la démission du gouvernement, la dissolution du parlement, pour "rétablir la dignité du peuple marocain."

Le ministre des communications Khalid Naciri, a fait savoir que "le Maroc s'est engagé il y a longtemps dans un processus irréversible de démocratie et d'élargissement des libertés publiques... Que les citoyens puissent s'exprimer librement ne nous trouble nullement."

Le gouvernement marocain va doubler les fonds de la Caisse de compensation qui finance la politique publique de subventions.

En dotant ces fonds de 15 mds MAD supplémentaires (1,33 md€) par rapport au budget 2011, le Maroc les porte à 32 mds MAD (2,85 mds€).

Pour mieux répondre à la hausse des prix, le gouvernement marocain subventionne fortement les produits de première nécessité que sont le gaz, le sucre et la farine. Le 25 janvier 2011, il s'était engagé à les maintenir à un prix abordable... (Agences de presse).

Lybie : Manifestations violentes à Benghazi

Lybie : Manifestations violentes à Benghazi

Kaddafi.jpgles manifestations antigouvernementales qui ont éclaté la nuit dernière dans les rues de Benghazi (Libye) ont été relayées par des marches de soutien au président libyen Mouammar Kadhafi, rapportent mercredi les médias locaux.

Des familles de prisonniers tués en 1996 dans la prison d'Abou Slim à Tripoli se sont rassemblées mardi soir à Benghazi, deuxième ville du pays, devant un commissariat de police. Les manifestants réclamaient la libération de l'avocat et défenseur des droits de l'homme Fethi Tarbel, d'après le journal en ligne Al-Manara.

La foule ne s'est toutefois pas dispersée après avoir obtenu la libération de M.Tarbel et s'est mise à scander des slogans antigouvernementaux. Initialement non-violent, le rassemblement a dégénéré en affrontements avec la police qui ont fait 14 blessés, rapporte Libya al-Youm.

 

En réponse à cette action antigouvernementale, plusieurs marches de soutien aux autorités se sont tenues la nuit dernière dans la capitale du pays, Tripoli, ainsi qu'à Benghazi et à Syrte, la ville natale du président Kadhafi.

Ces événements ont eu lieu à la veille de la "Journée de colère", pour laquelle des appels ont été lancés sur Facebook. La journée d'action contre la corruption et le népotisme prévue pour le 17 février a déjà trouvé le soutien de quelque 9.500 internautes.

Agé de 68 ans, le président Mouammar Kadhafi est arrivé au pouvoir en 1969 à la suite d'un coup d'Etat militaire

mardi, 15 février 2011

Communiqué de presse YML: Pour une nouvelle modernité

Communiqué de presse : les Young Mediterran​ean Leaders pour une nouvelle modernité

YML FORUM 2011
10-12 mars, Marrakech
« Construire les Modernités méditerranéennes »


La révolution de jasmin constitue un tournant dans l’histoire de la Tunisie, du Maghreb, de la Méditerranée et du monde arabe. La « révolution du Nil » qui a emporté l’ex-président Moubarak confirme le bouleversement profond en cours dans toute la région. Elle donne l’espoir d’une vie plus respectable pour chacun, créer les conditions d’une modernité partagée et ébranle beaucoup des représentations et clichés qui prévalaient hier encore sur le monde arabe.
Dans le sillon de cet élan inespéré qui a renversé des régimes dictatoriaux et castrateurs, il est urgent que nous, méditerranéens convaincus, nous accompagnions la prochaine reconstruction. Après l’euphorie des premiers jours vient la phase des responsabilités et des réformes structurelles. Les nouveaux dirigeants doivent agir avec courage, pragmatisme et lucidité, et envoyer sans tarder les signaux montrant que les revendications sont écoutées et que la volonté est réelle d’impliquer la société civile dans son ensemble.

C’est la question de la modernité au sud de la Méditerranée qui est posée et celle de la relation euro-méditerranéenne. Il faut saisir l’opportunité que constituent ces mouvements pour repenser et relancer le processus : ce sont nos intérêts respectifs sur les deux rives mais aussi vis-à-vis du reste du monde.

La société civile, et notamment la nouvelle génération, a un rôle essentiel à jouer, car cette réinvention se fera avec et par elle. C’est cette conviction qui a motivé la création du réseau des Young Mediterranean Leaders (YML). Notre multidisciplinarité, la jeunesse et l’enthousiasme de nos membres doivent être les relais naturels de la construction d’une Méditerranée moderne et entreprenante. Le YML, qui se tiendra cette année du 10 au 12 mars, à Marrakech, autour du thème construire les modernités méditerranéennes sera conduit dans cet esprit. C’est avec la participation de nombreuses personnalités issues des sphères économique, politique, médiatique, culturelle et avec celle de tous les membres du réseau, que nous tenterons de définir les voies, les idées et les solutions nouvelles.

Jérôme Cohen
Directeur général Young Mediterranean Leaders
www.ymlforum.org

Manifestations violentes au Bahreïn, Yémen, Iran

Manifestations violentes au Bahreïn, Yémen, Iran

Bahrain.jpg

En Iran, à Bahreïn, au Yémen, dans tout le monde arabo-musulman retentissent désormais les échos du soulèvement égyptien qui a poussé Hosni Moubarak à la démission. Mais si le ras-le-bol et l'envie de démocratie sont les mêmes, les situations, objectifs et aspirations dans ces trois pays sont différents. En attentant le tour de l'Algérie...

Lundi, sous prétexte de fêter la chute du "raïs" égyptien, l'opposition écrasée et réprimée d'Iran est redescendue dans les rues pour des affrontements avec les forces de sécurité du régime des mollahs. Dans la relative richesse du royaume de Bahreïn, les manifestants ont réclamé plus de liberté et des réformes. Au Yémen, plus pauvre des pays du monde arabe, les protestataires appelaient au départ de leur président, aux commandes depuis plus de 30 ans.

"Chaque endroit interprétera les conséquences de l'Egypte à sa manière et dans son propre contexte", souligne Mustafa Alani, analyste au Centre de recherches du Golfe à Dubaï.

Pour l'opposition iranienne, qui n'avait pas manifesté depuis plus d'un an, il s'agit de réaffirmer sa présence. Les affrontements entre dizaines de milliers de manifestants et forces de l'ordre, les nuages des gaz lacrymogènes et le chaos dans les rues de Téhéran étaient comme des réminiscences de la vague "verte" qui avait contesté pendant des mois la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009 avant d'être réprimée dans le sang.

"Mort au dictateur", pouvait-on entendre crier dans les rues de Téhéran lundi, à l'encontre d'Ahmadinejad. D'autres s'en sont pris au tout-puissant Guide suprême et véritable pierre angulaire du régime des mollahs, l'Ayatollah Ali Khamenei, associé dans les slogans aux autocrates récemment chassés du pouvoir en Tunisie et Egypte : "Ben Ali, Moubarak, c'est le tour de Sayyed Ali", scandaient les manifestants, en référence au titre religieux de Khamenei.

Pour les chefs de l'opposition iranienne, Mir Hossein Mousavi et Mahdi Karroubi, assignés à résidence pour les empêcher de participer à la manifestation, toutes les révoltes en cours dans la région ont le même objectif, "mettre fin à l'oppression des dirigeants".

Au Yémen, il s'agit d'accélérer le départ d'Ali Abdallah Saleh, président du pays réunifié depuis 1990, mais qui était déjà à la tête du Yémen du Nord depuis 1978. Acculé, Saleh a déjà fait d'importantes concessions : il a promis qu'il ne se représenterait pas en 2013 et a renoncé à imposer son fils comme successeur.

Les appels des manifestants y reflètent donc ceux de leurs prédécesseurs tunisiens et égyptiens contre des autocrates s'éternisant au pouvoir : "Le peuple veut la fin du régime".

Et comme en Egypte pendant 18 jours, les Yéménites manifestent depuis cinq jours non-stop, cherchant à prendre le contrôle d'une autre place Tahrir ('Libération'), au centre de la capitale Sanaa, et se disant prêts à continuer jusqu'à la chute de Saleh. Au risque de voir leur révolte réprimée dans le sang, sur fond de rivalités tribales dans un pays devenu en outre bastion d'Al-Qaïda, et où la présence militaire américaine se fait de plus en plus sentir.

Plus au nord, sur les rives du Golfe, la petite nation insulaire de Bahreïn ne réclame pas le renversement de la monarchie. Mais l'opposition réclame plus de libertés politiques et des réformes, aspirant à ce que le pouvoir décisionnaire passe au Parlement et que la famille royale cesse d'avoir la haute main sur les portefeuilles ministériels de premier plan. Y existe également un facteur religieux, facteur de division : la dynastie régnante est en effet sunnite, tandis que la majorité 70 % de la population est chiite et se plaint de discrimination.

D'autres manifestations s'annoncent pour les prochains jours, principalement en Algérie où la Coordination nationale pour le changement démocratique (CNCD), née après les émeutes de début janvier, organise une nouvelle "marche pacifique" le samedi 19 février à Alger, prolongation de celle du 12 bloquée par les forces de sécurité. Elle réclame, au-delà de la personne d'Abdelaziz Bouteflika, président depuis 12 ans, la fin du "système", le régime politique algérien.

"Nous vivons une sorte de moment démocratique panarabe", estime Shadi Hamid, directeur de recherche du Centre Brookings de Doha, au Qatar. "Pour les mouvements d'opposition, la question du jour est un peu : 'si pas maintenant, quand ?'". "Les oppositions arabes utilisent le modèle égyptien comme message disant que tout est possible. Puis ils l'interprètent dans leur contexte local".

Alors que le vent de révolte touche pour la première fois le Golfe, la répression des manifestations a été violente à Bahreïn, où au moins un manifestant, blessé à la tête, est mort, et 25 autres ont été blessés.

Le minuscule Bahreïn est le plus volatile des pays du Golfe, déjà en proie l'année dernière à des émeutes et batailles de rue dans les secteurs chiites, déclenchées par la répression contre des dissidents et blogueurs.

"Les Arabes, inspirés par l'Egypte, ont pris confiance et ont la certitude maintenant que leur voix doit être entendue et respectée", estime James Zogby, président de l'Arab American Institute, dans les colonnes d'un journal d'Abou Dhabi. "Cela va compliquer la vie des responsables politiques, occidentaux et arabes".

Et notamment de Washington : Bahreïn héberge la Vème Flotte de la marine américaine, l'un des principaux contrepoids du Pentagone aux efforts de Téhéran pour étendre son influence dans le Golfe. Quant au Yémen, les Etats-Unis y assurent depuis ces dernières années la formation des unités antiterroristes locales pour contrer Al-Qaïda dans la péninsule arabique, et renforce actuellement considérablement son assistance.

"Ce qui s'est passé en Tunisie et en Egypte a terrifié les dirigeants arabes pro-occidentaux", estime Fawaz Gerges, professeur spécialiste du Proche-Orient à la London School of Economics.

"L'une des leçons des troubles actuels que les Etats-Unis vont tirer est que le statu quo n'est plus tenable. Il y a des failles énormes dans le mur autoritaire arabe. C'est la fin d'une ère, et les Etats-Unis doivent faire des choix très difficiles", juge-t-il. AP

Par Brian Murphy--, The Associated Press | La Presse Canadienne/ DTV – nc/v/jp

Le site de diversity tv a étévictime d'une attaque malveillante

La plateforme Skynet qui diffuse votre site DTV a été paralysée par un attaque malveillante le WE

Bonjour,

Suite à une nouvelle attaque malveillante, la plateforme des skynetblogs a été partiellement paralysée ce week-end. Nos équipes ont travaillé jour et nuit pour régulariser la situation. C'est à présent chose faite. Nous vous prions de nous excuser pour les désagréments que cela a pu occasionner.

Cordialement,

L'équipe Blogs

lundi, 14 février 2011

Colonies: Colonies: Israël approuve 120 nouveaux logements à Jérusalem-Est

Colonies: Israël approuve 120 nouveaux logements à Jérusalem-Est
Suite aux publications d'Al Jazeera
Abbas serait indésirable en Palestine

Selon les informations fournies par la municipalité de Jérusalem, Israël aurait approuvé la construction de 120 nouveaux logements à l'est de la ville sainte, dans le quartier de colonisation juif de Ramot. Ce territoire est annexé et occupé depuis 1967.

Pendant ce temps, Le président controversé de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a chargé lundi  de nouveau le Premier ministre  Salam Fayyad démissionaire , de former un nouveau cabinet .

Le  Hamas, qui gouverne  la bande de Gaza, a rejeté ce "changement de pure forme", selon son porte-parole à Gaza, Sami Abou Zouhri, appelant les Palestiniens et les pays donateurs à ne pas traiter avec le gouvernement de Abbas.

 

Yemen : "Le peuple veut la chute du régime"

Yemen :  "Le peuple veut la chute du régime"

Sanaa.jpgSANAA — Des milliers d'étudiants et d'avocats ont manifesté lundi à Sanaa, réclamant la démission du président Ali Abdallah Saleh, qui tente de court-circuiter le mouvement populaire en hâtant un accord avec l'opposition.

"Après Moubarak, Ali", scandaient les manifestants, comparant le président Saleh, au pouvoir depuis 32 ans, à son homologue égyptien Hosni Moubarak, chassé du pouvoir par la rue vendredi, après 30 ans à la tête de l'Egypte.

"Le peuple veut la chute du régime", répétaient-ils, reprenant le principal slogan du soulèvement en Egypte.

La manifestation, comme celles qui se sont tenues au cours des derniers jours, est organisée à l'initiative d'étudiants et de composantes de la société civile. L'opposition parlementaire, qui a décidé de reprendre le dialogue avec le régime du président Saleh, n'y est pas associée.

A Taëz, au sud de la capitale, plusieurs milliers de personnes ont également réclamé un changement de régime, et huit personnes ont été blessées lorsque la police a dispersé cette manifestation, selon des témoins.

A Sanaa, les étudiants, auxquels se sont joints une délégation de l'Ordre des avocats et des activistes, ont tenté de marcher sur la place Tahrir (Libération), où se trouve le siège du gouvernement.

Mais les forces de sécurité ont installé des barbelés pour les empêcher d'accéder à cette place où des partisans du Congrès populaire général (CPG, parti au pouvoir) sont installés depuis la semaine dernière sous des tentes.

Des centaines de partisans du CPG brandissant des portraits du président Saleh ont alors attaqué les protestataires à coups de bâton et de pierres, avant que la police intervienne pour les séparer, selon le correspondant de l'AFP.

Quelques manifestants ont été superficiellement blessés.

Le correspondant de la BBC en arabe, Abdallah Ghorab, le visage en sang, a affirmé à l'AFP avoir été battu "par des hommes du parti au pouvoir".

Dimanche, une femme avait été blessée à Sanaa lorsque les forces de sécurité avaient dispersé une manifestation organisée par des étudiants, selon des témoins.

L'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW) a demandé lundi aux autorités yéménites de ne pas employer les pistolets à impulsion électrique Taser pour disperser les manifestants.

"Des centaines de membres des forces de sécurité" ont dispersé dimanche la "manifestation pacifique antigouvernementale" à Sanaa "à l'aide de matraques et ont attaqué deux manifestants au moyen de pistolets Taser", selon un communiqué de HRW qui cite des témoins.

L'opposition parlementaire yéménite n'a plus organisé de manifestation depuis une marche qui avait rassemblé des dizaines de milliers de ses partisans le 3 février à Sanaa.

Elle a annoncé dimanche qu'elle acceptait de reprendre le dialogue avec le pouvoir, suspendu fin 2010, après les promesses de réformes annoncées par le chef de l'Etat.

M. Saleh avait annoncé le le 2 février le gel des amendements constitutionnels lui permettant de briguer un nouveau mandat en 2013, et affirmé qu'il ne chercherait pas à ce que son fils lui succède.

Son parti a appelé dans un communiqué lundi à une réunion "avant la fin de la semaine" d'un comité des deux parties chapeautant le dialogue.

Il a souligné que le dialogue devait reprendre au plus vite dans le but de "de former un gouvernement d'union nationale qui superviserait le processus de réformes constitutionnelles et la tenue d'élections législatives dans une atmosphère de liberté et de transparence".

En moins d'un mois, deux chefs d'Etat arabes ont été chassés du pouvoir sous la pression de la rue, en Tunisie et en Egypte. AFP

dimanche, 13 février 2011

Le Collectif d’Algériens de soutien à la lutte en Algérie

Communiqué de presse

Le Collectif d’Algériens de soutien à la lutte en Algérie pour le changement et la démocratie
Collectif des familles de disparus en Algérie
Algérie Pacifique (section France)

Nous, collectifs d’associations algériennes, dénonçons les arrestations arbitraires de nos confrères militants lors de la Marche nationale pacifique, prévue ce matin 12 février 2011, à Alger.

Nos sources sur place indiquent l’arrestation de 70 personnes, essentiellement des membres de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie – dont des représentants de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH), du collectif Algérie pacifique, de SOS Disparus, des syndicats CLA, SATEF, SNAPAP, du RCD, des associations de femmes et de victimes du terrorisme. Parmi eux : Mouloud Boumghar, Amine Menadi, Kamel Moussaoui, Mohamed Salem Sadali, Idir Achour, Cherifa Kheddar, Sofiane Baroudi et Mourad Yahli.

Une trentaine de personnes sont toujours détenus à cette heure. Quelques milliers de personnes manifestent actuellement à Alger, place du 1er-Mai.

Nous demandons aux autorités algériennes de relâcher immédiatement toutes les personnes qui ont été arrêtées, et que leur sécurité soit assurée. Selon nos sources sur place, les détenus ont été maltraités par les services de police et continuent de subir un harcèlement moral dans les locaux de ces derniers.

Il est inadmissible, pour un régime qui se prétend « démocrate », de poursuivre sa logique répressive et illégale. Nous tenons à dénoncer ces pratiques extrajudiciaires, et appelons la communauté internationale à se mobiliser afin de permettre aux Algériennes et aux Algériens de réaliser leur vœux d’une Algérie démocratique fondée sur un véritable Etat de droit.

Tewfik Allal
06 81 60 65 43
Commission Information, du Collectif d’Algériens de soutien à la lutte en Algérie pour le changement et la démocratie.

Algérie : Le régime des généraux est plus fort

Algérie : Le régime des généraux a montré qu'il est plus fort que le peuple.

Armée algérie.jpg

 

Algérie : Le régime des généraux a montré qu'il est plus fort que le peuple. La manifestation du 12/02/2011 a été phagocytée, canalisée, pressée et dispersée d'une manière remarquable. Des femmes policières se sont acharnées sur la manifestantes et les brigades spécialisés qui ont assassinée des millions d'algériens durant la lutte contre le Fis ont été mobilisées pour faire avorter la manifestation...

boutefwa3ka.jpgIl n'y aura certainement pas de printemps algérien car les algériens ne semblent pas tous solidaires comme les tunisiens. Le pouvoir a réussit à passer la pilule " diviser pour régner"...

 

L'avion de Moubarak aurait quitté l'Egypte

L'avion de Moubarak aurait quitté l'Egypte

Alors que sur face book des internautes demandent sa pendaison à la "Saddam Hussein" en diffusant des images truqués ou l'on voit Moubarak remplacer Saddam avec la corde autour du coup, des sources non identifiés parlent de la fuite de Moubarak. Il  aurait fui Charam El Cheick  dans la nuit vers les Émirats Arabes Unies suite à l'arrestation de plusieurs de ses ministres par l'armée.

armée demande aux manifestants de quitter la place tahrir.jpg

 

Une armée qui tarde à lever l'Etat d'urgence et qui commence à inquiéter une partie de la population qui refuse de quitter la place Tahrir avant la réalisation des revendications prioritaires demandées par les Egyptiens...

Moubarak le voleur.jpg

Tunisie :l'activité touristique en Tunisie reprend

Tourisme. Fin des restrictions pour la Tunisie

Les toursites se préparent pour des vacances sous le soleil de la  Tunisie libre

tunisie.jpg

Le trourisme profitera cette fois à tous et pas seulement à une clique de voleurs

Les touristes vont pouvoir revenir à Sousse, Monastir, Hammamet ou à Djerba

Le ministère français des Affaires étrangères a attiré l'attention sur l'amélioration de la situation sécuritaire en Tunisie dans ses "conseils aux voyageurs" qu'il publie sur son site Internet.
Le ministère souligne, samedi, que "des séjours sur la zone côtière et dans l'île de Djerba ne sont désormais plus contre-indiqués".

samedi, 12 février 2011

France : Manifestation de soutien au peuple Algérien à Paris

Manifestation de soutien au peuple Algérien à Paris

Belgique : Des Algériens manifestent contre le régime à Bruxelles

Une centaine de personnes ont manifesté ce Samedi devant l'Ambassade de Bouteflika à Bruxelles

Alger : Manifestant sauvagement agréssé - [Alger, 11-02-2011]

Manifestant sauvagement agréssé - [Alger, 11-02-2011]

 

09:07 Publié dans AUTRES | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu