Avertir le modérateur

03/03/2010

AU MIROIR D'ASTERIX - UNIV.AIX

Palo Alto au miroir d’Astérix
L’enseignement de la théorie de Palo Alto assisté par la BD
Pascal Robert
Mcf Hdr, Université d’Aix-Marseille et CHERPA-IEP d’Aix en Provence
Introduction
Voilà quelques années D. Bougnoux lançait les chapitres de son introduction aux SIC par
l’analyse d’une BD (malheureusement en l’absence de l’image)1…mais le rôle de la BD
restait cantonné à cette amorce. Comme si elle devait demeurer à l’orée de nos travaux. Or,
j’utilise depuis de nombreuses années la BD comme support pédagogique dans mes cours
consacrés à la présentation de l’Ecole de Palo Alto à mes étudiants. Autrement dit, au sein
même de cette situation de communication sociale que constitue un cours, la BD devient un
outil de communication des plus efficaces. Non parce qu’elle illustrerait les concepts de
l’Ecole de Palo Alto, mais qu’à mes yeux elle les met véritablement en scène. Ce qui signifie
qu’elle peut participer à un processus de médiation singulièrement riche puisqu’il s’agit de
donner accès à des concepts théoriques difficiles à des étudiants non spécialisés. Faut-il
encore qu’elle possède un véritable potentiel de médiation –ce que cette communication
voudrait mettre en évidence.
I. Palo Alto et la BD
Palo Alto chez Astérix, et non pas l’inverse. Il ne s’agit pas en effet d’un nouveau voyage,
d’une nouvelle aventure d’Astérix, qui serait allé à Palo Alto chercher sa vérité. Mais bien de
s’interroger sur la rencontre –sur un quasi plan d’équivalence- entre les clés théoriques de
Palo Alto et la mise en scène de R. Goscinny et A. Uderzo.
Tout Palo Alto en deux planches de BD, cela peut sembler relever plus encore de la vue de
l’esprit que de la gageure. Certes, on peut imaginer illustrer les concepts de Palo Alto à l’aide
de la BD –Y. Winkin l’a déjà fait depuis longtemps d’ailleurs2. Or, il ne s’agit pas non plus de
montrer que l’on peut illustrer quelques concepts de Palo Alto avec de la BD, mais bien de
montrer qu’elle met en scène ce que la théorie analyse. Or, la mise en scène n’est pas
l’équivalent du matériau sur lequel travail le thérapeute. Pour reprendre le vocabulaire de
l’école de Palo Alto, il en va d’une différence de niveau logique. Car la mise en scène, dont
l’effet recherché est explicitement celui de faire rire ou sourire, est effectivement construite
pour atteindre ce but. Autrement dit, elle est le produit d’une réflexion. Certes, cette réflexion
n’est pas du même type que celle du théoricien, mais elle n’est pas non plus une tranche de
vie. Dès lors il y a pour nous deux manières de la penser : soit comme un niveau intermédiaire
entre celui du cas concret et de la théorie, soit comme un même niveau que la théorie, mais
d’une classe différente. Quoiqu’il en soit il faut souligner que cette mise en scène manipule si
bien les traits, les composantes de la tranche de vie, dans le but même de monter une
mécanique du rire qu’elle en constitue en quelque une objectivation qui la pose comme une
sorte de théorie en pratique. De la théorie qui n’aurait pas à s’exprimer sous la forme abstraite
de la théorie, mais sous la forme pratique d’une mise en scène, d’un scénario. Ce qui signifie
1 Cf. Daniel Bougnoux, La communication par la bande, La découverte, 1991.
2 Y. Winkin a en effet utilisé trois cases d’un album de Lucky Luke comme base d’un exercice de proxémique,
Cf. Yves Winkin, La nouvelle communication, Seuil 1981, p91.
2
que la lecture que nous proposons n’est pas une application de la théorie sur la BD, mais un
éclairage réciproque parce qu’il s’agit dans les deux cas de dire la même chose, mais avec des
moyens différents.
On pourrait en effet penser a priori que ce que la théorie dit à travers la BD ne se trouve pas
déjà là dans la BD. On pourrait croire que la théorie voit moins ce qui est présent que ce
qu’elle projette sur ce matériau-BD. Ou bien encore on pourrait supposer que la théorie révèle
quelque chose qui est profondément enfoui dans la BD, quelque chose qui l’habiterait, lui
donnerait vie, tout en lui restant en quelque sorte étrangère. Or, et c’est toute l’ambition de cet
article, nous voudrions montrer que la théorie ne se projette pas, qu’elle n’invente pas, ni ne
révèle, mais qu’ici, elle entre en dialogue. Dialogue entre la forme abstraite de la théorie et la
forme synthétique-dynamique des images scénarisées.
Un mot sur la théorie de Palo Alto elle-même. Nous allons revenir sur chacun de ses
principaux concepts, en y ajoutant ou en les réarticulant avec les deux notions plus
goffmaniennes, celle de « cadre » et de « définition de la situation » : cadre est un terme
commun à Palo Alto et à Goffman, avec « définition de la situation », ils correspondent assez
bien à ce que Palo Alto nomme « Ponctuation3 ».
Nous allons donc découvrir au fur et mesure de notre progression les concepts de Palo Alto
sur deux planches d’Astérix en Corse4 (p31 et 32, Cf. reproduction ci-dessous),
singulièrement denses et riches5.
3 « L’expression « ponctuation de la séquence des faits » a été créée par le linguiste Benjamin Lee Whorf et
reprise par Bateson et Jackson. Elle désigne deux choses : la façon dont les partenaires d’une interaction
découpent leur communication (…) ; elle désigne également le regard (le point de vue) que chaque interactant
porte sur son comportement et celui de son partenaire » (Edmond Marc et Dominique Picard, L’Ecole de Palo
Alto, Retz, 2004, p45-46).
4 Cf. René Goscinny et Albert Uderzo, Astérix en Corse, Editions Albert/René, 2007.
5 Dont N. Rouvière par exemple a déjà noté l’intérêt, notamment comme caricature d’un « stéréotype de
l’identité corse : la soumission féminine » (p140), Cf. Nicolas Rouvière, Astérix ou la parodie des identités,
Flammarion, 2008.
3
Ces deux pages composent une sorte de scène complète au sein de l’histoire globale d’Astérix
en Corse. Elles s’articulent autour de trois grandes phases, qui vont nous guider dans la
présentation de nos analyses : la rencontre (les cinq premières cases) entre un lieutenant
romain (à la tête d’une petite troupe) qui vient perquisitionner dans un village corse et les
autochtones, puis le double mouvement de tension et d’explosion (développé sur les quatre
bandes suivantes) entre le lieutenant Sciensinfus et le corse Carferrix et enfin le dénouement
(qui vaut en quelque sorte conclusion, sur les deux bandes restantes).
II. Rencontres
Le lieutenant romain / tentative de cadrage
Regardons d’abord ce que montre précisément la mise en scène. Des romains arrivent dans un
village corse. Il y a manifestement deux types de romains : le gros de la troupe, regroupé sur
lui-même, protégé derrière ses boucliers, la sueur qui perle, les genoux qui claquent,
manifestement en position défensive et inquiet. Et puis il y a le jeune lieutenant, droit, fier, le
menton relevé, la main sur le glaive, qui frappe, sûr de lui, à une porte. Il est au premier plan,
les autres au second plan. Le contraste est clair, il est voulu. Il prête à sourire, car le lecteur le
sent gros d’une situation comique prête à se développer, sans savoir laquelle précisément, du
moins à ne suivre que le fil de la dynamique interne de l’histoire. Car le lecteur va
certainement convoquer sa propre actualité et sa propre connaissance des relations
corses/forces de l’ordre de nos jours. Changement de contexte qui lui permet de produire une
interprétation amusante par superposition des deux situations.
Ce que le lieutenant romain exhibe à travers son comportement il le confirme verbalement en
se présentant comme le représentant du préfet et de Rome, aux noms desquels il vient
perquisitionner.
En langage goffmanien nous dirons que le lieutenant tente d’imposer sa propre définition de
la situation au village corse : celle de la puissance de Rome qui vient faire une opération de
police intrusive (puisque la perquisition exige d’entrer chez les gens) ; en langage plus Palo
Altien nous voyons qu’il utilise successivement le non-verbal (sa posture) et le verbal (il dit
être le représentant de Rome) pour asseoir cette définition, pour affirmer son cadrage de la
situation. Nous ajouterions volontiers, avec une insistance plus forte que ne le fait Palo Alto,
qu’il tente de poser une relation de pouvoir à son profit. Manifestement le contingent qui le
suit n’a pas la même définition de la situation (il l’exprime de manière claire par
l’intermédiaire du non-verbal) : ce n’est pas Rome qui domine ici, mais bien les corses.
Le lieutenant et le corse / recadrage
A cette porte à laquelle frappe le romain, une femme vient ouvrir. Il la salue et se présente.
Elle ne lui adresse pas la parole et le regarde droit dans les yeux, les bras croisés, lui
interdisant l’accès à la maison. Puis intervient son frère. Il ne dit rien lui non, plus, mais les
bras également croisés, droit et ferme, le menton tendu, il fusille le romain du regard. Celui-ci
se tasse sur lui-même et se met progressivement à bredouiller et à se taire. Où comment
opérer un re-cadrage en trois cases seulement. Palo Alto distingue le contenu et la relation,
sans forcément renvoyer l’un au verbal (digital) et l’autre au non-verbal (analogique) –cette
identité n’est qu’un cas particulier, car l’on peut aussi bien recadrer verbalement un contenu
verbal ou recadrer non-verbalement un contenu non verbal ou enfin recadrer du non–verbal
par du non-verbal. Ici, nous sommes bien face à une tentative –réussie- de recadrage du
contenu verbal et non verbal de la tentative d’imposition de sa définition de la situation du
romain, par le non-verbal du corse : son attitude seule suffit à dégrader, puis détruire
4
littéralement la position de pouvoir que le romain voulait instaurer, au bénéfice cette fois du
corse. Recadrage par le seul non-verbal, qui montre toute la puissance de la présence
physique, du corps et du regard dans la communication interpersonnelle. Bref, communiquer
ce n’est donc pas qu’échanger des messages verbaux. Quelque chose passe, et quelque chose
d’important puisqu’il permet un véritable recadrage, par le comportement et l’attitude.
III. Tension et explosion
Face à face / « on ne peut pas ne pas communiquer »
Dès lors que le corse a posé son emprise sur la relation par l’intermédiaire de sa posture et de
son regard, il la confirme dans les deux images suivantes, sans bouger d’un iota, ni ne
prononcer un seul mot. En revanche le lieutenant romain, se sent de plus ne plus mal à l’aise :
il transpire, déglutit, se tasse encore un peu plus, l’oeil apeuré et le geste indécis pour remonter
ce casque qui glisse… Autrement dit, le corse ne change absolument pas, son comportement
n’évolue absolument pas, il reste totalement stable et pourtant l’effet qu’il produit sur le
romain ne fait que s’amplifier.
Ce qui se passe ici, est la stricte mise en scène du principe fondamental et si souvent rebattu
du « on ne peut pas ne pas communiquer ». En effet, palo Alto nous apprend que, dans le
cadre d’une définition large de communication qui inclut aussi bien le verbal que le nonverbal,
et puisque l’on ne pas ne pas avoir de comportement, alors on ne peut pas ne pas
communiquer. On ne peut pas ne pas avoir de comportement, car la négation du
comportement n’existe pas –autrement dit, dans le langage de Palo Alto la négation n’a pas
court dans le domaine de l’analogique. Et si l’on peut nier avec un comportement (remuer
l’index de gauche à droite), on ne peut pas nier le comportement lui-même. Quoiqu’on fasse
on conserve un comportement, que l’on se cache au fin fond des bois ou de la pièce, que l’on
fuit ou que l’on s’endorme, il s’agit toujours d’un comportement. Ici, le corse a beau ne rien
faire, ne pas bouger, même un cil, il a beau ne rien dire, un message fort passe. L’homme
reste figé et pourtant il communique. Bref, ça communique avec le seul comportement, quand
bien même il n’y a nul changement d’état, nul mouvement. Autrement dit, non seulement « on
ne peut pas ne pas communiquer », mais on peut également instrumentaliser cette propriété
fondamentale de la communication interpersonnelle au profit (par exemple) de l’instauration
d’une relation de pouvoir.
Ce moment de tension, de suspens au sens fort du terme, met également en scène une autre
notion clé de Palo alto. Notion complexe au demeurant, mise en évidence par G. Bateson dans
ses travaux d’anthropologie. Il s’agit du feed-back positif de la « schismogénèse
complémentaire6 » : ici, plus le corse confirme sa supériorité, plus le romain fond, plus celuici
s’effondre plus le corse confirme son emprise etc… les comportements sont donc bien liés
et complémentaires, ils évoluent à proportion inverse l’un de l’autre, dans un mouvement de
renforcement de la différence. C’est bien un mécanisme de feed-back positif, de renforcement
d’une tendance et non d’un feed-back négatif de régulation, qui travaillerait à minimiser la
différence.
6 Bateson distingue en effet deux types de schismogenèse : « la schismogenèse complémentaire qui se
caractérise par des comportements dissemblables mais articulés [à l’image du rapport autorité/soumission,
comme dans le cas présent] (…) et la schismogénèse symétrique [où] l’accent est mis sur les efforts déployés
pour instaurer et maintenir l’égalité entre les partenaires ; cette égalité s’établit par des messages en « miroir » :
tout comportement de l’un entraîne un comportement identique chez l’autre »[comme dans un potlatch] (Marc et
Picard, op cit, p49).
5
Le romain, le corse et la soeur / métacommunication et double bind
Le face à face qui oppose le lieutenant romain et le corse s’est déroulé pour l’instant dans le
silence, un silence pesant et pour ainsi dire éloquent. Mais soudain revient la parole et un
étrange dialogue s’instaure, qui constitue l’un des principaux ressorts comiques de ces deux
planches. Etrange, car le corse ne demande pas au romain ce qu’il fait ici, ou ne l’incite pas
plus à quitter illico presto le village…non, il lui parle de sa soeur. Pourquoi ?
Le corse a la main et le confirme en prenant la parole. Car il convient de souligner que d’une
part, c’est bien lui qui se saisit de la parole, qui donc se sent autorisé à rompre le silence.
C’est également lui qui fixe l’objet dont il va être question, à savoir justement, sa soeur. Et
c’est encore lui qui fixe les modalités dans lesquelles on va en parler : il ne pose pas une
question, mais une affirmation…qui néanmoins peut être entendue comme une sorte de
question. Trois manières de confirmer verbalement son pouvoir. Cependant, l’affirmation
ouvre sur un quiproquo, sur l’ambiguïté d’une réponse toujours possible, mais qui ne serait ou
jamais légitime ou toujours décalée. Bref, ce que pose avant toute chose le corse, c’est un
véritable piège verbal : si la soeur intéresse le romain, il a tort, si elle ne lui plait pas, alors il a
également tort. Autrement dit, quoiqu’il fasse sa réponse ne sera jamais reconnue comme
valable, jamais elle ne lui vaudra une reconnaissance positive de la part du corse. N’est-ce pas
exactement ce que G. Bateson a appelé un double bind, à tout le moins une stratégie
paradoxale ? Car le paradoxe joue d’un décalage entre le niveau de l’énoncé et celui de
l’énonciation7 : ici, l’énonciation est entièrement maîtrisée par le corse et les conditions
d’énonciation expriment pleinement sa domination, alors que l’énoncé semble ouvrir la
possibilité d’une discussion, semble offrir au romain la possibilité de répondre aux questions
posées. Or, il est clair que les conditions d’énonciation nient absolument cette supposée
possibilité (comme lorsque l’on demande aux gens que l’on photographie –et qui sont pris
dans une situation artificielle- d’être naturels). Si le corse semble offrir une alternative (plaire
vs ne pas plaire) au niveau de l’énoncé, elle est totalement récusée au niveau de l’énonciation.
Autrement dit, le romain n’a que l’apparence du choix, car sa réponse est déjà a priori jugée et
écrasée par des conditions d’énonciation irrévocablement négatives.
Le piège se referme d’autant plus sur le romain que non seulement ses ressources pour essayer
de s’en sortir sont manifestement faibles, mais qu’elles s’effondrent totalement lorsque le
corse sort, toujours sans aucun geste qui le laisse pressentir, accroissant ainsi l’effet de
surprise et donc de peur, son couteau : pour le dire en langage palo Altien, le romain ne peut
absolument plus métacommuniquer sur la situation, il ne peut absolument plus discuter de ce
qui arrive. D’abord parce que le sujet de la conversation a été attiré vers un autre objet –déjà
sujet de litige, la soeur. Ce qui signifie que le canal verbal est déjà occupé. Ensuite, parce que
le couteau renforce la domination physique du corse, qui ainsi, sur les deux plans du verbal et
du non verbal occupe entièrement le terrain et verrouille totalement son emprise sur le romain.
Empêché de métacommuniquer, le romain ne peut pas recadrer la situation à son avantage
(tout juste balbutier quelques vagues explications, comme pour se justifier) : il subit de plus
ne plus, manipulé verbalement et bientôt physiquement, puisque la seule porte de sortie pour
lui vient de la fuite, physique (s’il était resté il ne pouvait que sombrer dans la folie et/ou
« prendre des baffes »), tête baissée, mains sur la tête pour la protéger, très loin de l’arrogance
du début.
La question « elle te plait pas ma soeur ?» est paradoxale dans le cadre général posé par la
proposition précédente (et non contradictoire, car il fait référence au fait de parler à la soeur à
ce moment là et non pas au fait qu’elle puisse plaire) qui interdisait que l’on parle à sa soeur
(or, une liaison suppose néanmoins que l’on échange quelques mots !) : l’ouverture que
7 Cf. Bougnoux, Daniel, Introduction aux sciences de la communication, La découverte, 1998.
6
propose la question est donc une fausse ouverture, contrecarrée par le cadre global de
l’interdiction. Dès que le romain tente d’y répondre, le corse fait à nouveau peser le cadre
global de l’interdiction (ma soeur ne peut pas te plaire).
IV. Dénouement ?
Les papys corses / entrer dans l’orchestre
Lorsque les romains fuient ils passent en courant (et si vite que, comme un ancien appareil
photo, la case n’a en quelque sorte pas eu de temps de les prendre, et voit-on tout juste un pied
qui dépasse encore sur la gauche) devant quatre papys corses qui commentent leur passage. Ils
se ressemblent étrangement : sont-ils frères ? On ne le sait pas. Ils constituent néanmoins la
figure du même, celle d’une culture corse qui se perpétue, qui perdure dans le temps. Et ce
temps est un temps long, lent, fortement contrasté, dans l’action montrée comme dans le
commentaire (« ça court, ça s’agite ») avec le temps du mouvement rapide et éphémère des
romains. Ces papys symbolisent le village corse, et au-delà la culture corse dans sa capacité à
survivre à l’événement romain. Ils étaient là avant, ils sont là maintenant, ils seront là demain,
alors que les romains eux, ne sont que de passage –si possible rapide. Lorsque les papys
s’expriment l’un commence la phrase, que l’autre poursuit, que le troisième complète, avant
que le quatrième ne conclut, comme si une seule personne avait parlé. Cette manière d’être
intégrée dans un groupe et de communiquer à travers une sorte de communion des esprits et
donc des paroles, correspond pleinement à l’idée que Palo Alto présente à travers l’expression
« entrer dans l’orchestre ». Car communiquer pour Palo Alto, c’est moins s’inscrire dans un
processus qui partirait d’un émetteur pour aboutir à un récepteur, au travers d’un canal qui
aurait porté le message, que participer d’un groupe qui vous préexiste et au auquel il va falloir
s’adapter. On communique moins en transmettant de l’information qu’en s’impliquant dans
un collectif. A l’image du musicien qui doit faire partie de l’orchestre, si ce n’est qu’ici la
partition n’est pas objectivée et qu’il n’y a pas forcément un chef d’orchestre attitré
(autrement dit, la partition est à découvrir et la place du chef convoitée). Bref, on plonge dans
un bain de communication, plus ou moins bien et plus ou moins de bon gré. La société en
effet nous préexiste, les groupes d’appartenances également, comme la ou les langues que
l’on parle et les codes de comportement que l’on doit maîtriser. Les soldats romains qui
accompagnent le lieutenant le savent bien, qui se regroupent pour faire face : ils sont
manifestement sur la même longueur d’onde, ils ont la même connaissance de ce qui s’est
déjà passé et du comment cela s’est passé. Autrement dit, ils participent d’un orchestre dont le
« chef » officiel ne connaît pas la partition et qui veut leur faire jouer une autre musique que
celle que le contexte leur permet de jouer. Mais après sa fuite désespérée, haletant et
manifestement abasourdi, notre lieutenant a-t-il tiré la leçon de l’expérience ?
Fouiller le maquis / toujours plus de la même chose
Il semble qu’il n’ait rien appris. Puisqu’il suffit qu’un de ses soldats fasse référence au maquis
pour que le lieutenant décide tout de go de « fouiller le maquis », comme il voulait
perquisitionner chez les corses. Il n’imaginait pas la résistance des corses, il n’imagine
manifestement pas la résistance de la nature corse. Or, d’expérience, ses soldats savent
pertinemment que l’on ne fouille pas le maquis. Fort de son échec dans le village, il aurait pu
poser la question de savoir s’il était possible de le « fouiller » justement. Ragaillardi à l’idée –
supposée nouvelle- de cette fouille –nouveau nom de la perquisition- il repart de plus belle,
menaçant le déserteur de la sanction suprême (la croix, non comme récompense symbolique,
mais comme instrument de torture). Cet entêtement, ce comportement qui croit trouver la
7
solution à son problème en insistant encore et toujours plus, Palo Alto l’a qualifié à travers
l’expression « toujours plus de la même chose ». Au lieu de conclure que perquisitionner était
impossible et donc qu’à échelle encore plus vaste, fouiller le maquis relevait encore plus
d’une vue de l’esprit, le lieutenant persiste et signe. Il reconduit la même solution, il veut
encore plus de la même chose, car fouiller le maquis est encore plus improbable que de
perquisitionner dans le village. Il n’opère pas un recadrage, ses soldats, tenus par l’obéissance
militaire ne peuvent le produire eux-mêmes, et la moindre réflexion de leur part aboutit au
résultat inverse, relancer le lieutenant dans sa vaine quête. Bref, on s’enfonce dans
l’inefficacité.
Conclusion
Ces deux planches mettent en scène des situations de communication susceptibles d’être
décryptées à l’aide des notions clés de Palo Alto. Mais on peut tout aussi bien considérer
qu’elles offrent un formidable tremplin pour la vulgarisation de l’approche de Palo Alto parce
qu’elles disent intrinsèquement la même chose, mais avec des moyens totalement différents.
Et c’est bien cette forme d’intelligence (cet ensemble de propriétés ?) qui permet d’utiliser
efficacement ces deux planches comme outil de médiation pédagogique. Les images donnent
accès, concrètement, dans la dynamique même de leur scénario, à un sens dont elles ne
possèdent néanmoins pas la clé, et que seule la théorie peut révéler –sans forcément y donner
accès. La médiation s’opère justement dans ce dialogue, dans cet échange où d’un coté,
l’accès direct, et comme insu, au sens se redouble et s’éclaire de son décryptage théorique,
alors que de l’autre, la révélation du sens, mais sur un mode purement abstrait, prend chair et
vie dans sa scénarisation. Dès lors la BD devient un outil de communication qui, dans une
situation de communication pédagogique, facilite grandement l’apprentissage d’une théorie de
la communication.

14:41 Publié dans EBOOK | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu