Avertir le modérateur

18/08/2009

NOUVELLES BREVES

C'était l'un des grands noms du polar français

Thierry Jonquet est mort

Par Grégoire Leménager

L'écrivain Thierry Jonquet est mort ce dimanche 9 août, à l'hôpital de La Salpêtrière ; il avait 55 ans. Avec Didier Daeninckx, Patrick Raynal, Jean-Bernard Pouy, Maurice G. Dantec ou encore Frédéric H. Fajardie, disparu l'an passé [=> Quand le noir passait au rouge], c'était l'un des grands noms du «néo-polar» français qui, à la suite de Jean-Patrick Manchette, avaient réinventé le roman noir dans les années 1980 en l'enracinant dans la critique sociale, et en l'inscrivant dans la filiation «hard-boiled» d'auteurs américains comme Dashiell Hammett et Raymond Chandler.

Thierry-Jonquet(c)Baltel-Sipa.jpg
(c)Baltel/Sipa
Né à Paris en 1954, fils d'ouvrier, l'écrivain Thierry Jonquet est mort ce 9 août 2009.

C'est de cette volonté d'engagement que témoignait encore, en 2006, son très polémique et ultime  roman, «Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte», qui lui valut la médaille d'honneur de la Licra en 2007 [=> Jonquet face aux nouveaux fascistes, par Pierre Jourde].

Ce gauchiste qui signait également Ramon Mercader (en empruntant ironiquement le nom de l'assassin de Trosky) laisse derrière lui une cinquantaine de nouvelles, pièces de théâtre, scénarios de BD, télévision et cinéma, mais surtout une vingtaine de romans, comme le résume ce communiqué, reçu à l'instant des éditions du Seuil :

« Il avait publié en 1982 son premier roman, Mémoire en cage, dans la légendaire collection «Sanguine», chez Albin-Michel. Rapidement devenu un auteur phare de la littérature noire, publiant aussi sous le pseudonyme vengeur de Ramon Mercader (Du passé faisons table rase, 1984), il avait eu les honneurs de la Série noire, chez Gallimard (où il avait publié, entre autres, Mygale, Les Orpailleurs et Moloch), qui lui avait réservé son numéro 2000 en 1985 pour La Bête et la Belle.
Devenu figure de proue du nouveau polar français, il savait comme nul autre peindre la détresse sociale du monde contemporain. Il avait raconté son engagement militant (Lutte Ouvrière, puis la Ligue Communiste révolutionnaire et Ras le Front) dans Rouge, c'est la vie (Seuil, 1998), où il disait de lui : « J'écris des romans noirs. Des intrigues où la haine, le désespoir se taillent la part du lion et n'en finissent plus de broyer de pauvres personnages auxquels je n'accorde aucune chance de salut. Chacun s'amuse comme il peut. »»
Thierre-Jonquet_La-bete-et-la-belle.jpg
L'édition originale de "La Bête et la belle" de Thierry Jonquet, n° 2000 de la Série noire, en avril 1985.

On peut consulter ici le site internet qui lui était consacré, et (re)lire, sur nouvelobs.com, le forum dont Thierry Jonquet avait été l'invité, à l'automne 2006, pour donner son point de vue sur les banlieues, un an après les émeutes.

G.L.

Jonquet face aux nouveaux fascistes, par Pierre

21:02 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu